Il ne faut pas se faire guider la peur

Après les premiers « pépins » de la première semaine du Vendée Globe, Eric Bellion nous partage ses difficultés et apprentissages.

Eric Bellion-Fondateur-CommeUnSeulHomme

Pendant les trois derniers jours, j'ai eu les problèmes que je redoutais le plus avant de partir faire ce Vendée Globe. Ca ne sert à rien d'avoir peur - on a peur d'avoir peur. Ca s'est bien passé et j'ai trouvé des solutions, depuis je me suis libéré, j'ai décidé et expérimenté un certain lâcher-prise. Je me suis rendu compte que comme par magie le bateau va plus vite, et moi je me sens tellement mieux, il y a une libération. J'ai l'impression que le bateau a mis ça en place comme un banc d'essai avant les mers du Sud. Cette libération, c'est un bonheur qui se mérite, mais qui aussi à terre est à la portée de tous !

Eric Bellion

Pin It on Pinterest

Shares